Programme de l'année 2019-2020

Le thème général de l'année est celui des divers aspects de la réalité, interrogés à partir de chaque thématique et illustrés, lors des conférences, d'extraits de films

Jeudi 17 octobre. Conférence à 19 heures: Dire la vérité ? Le secret et le soupçon.

Le secret et le soupçon sont totalement liés. C’est parce qu’il y a peut-être quelque chose de caché, un secret, que le soupçon se forme. Mais qui a intérêt à cacher ? Et qui a intérêt à révéler la vérité ? En s’interrogeant sur les raisons de garder un secret, et sur celles d’éveiller le soupçon, on tentera de voir comment il est possible de mener une belle vie sans tomber dans la crédulité, ni dans la méfiance généralisée.

Jeudi 21  novembre. Conférence à 19 heures: Les Jeux d’enfants de Pieter Bruegel : Une société sans domination ou l’image de l’éternité. Conférence de Laurent Bove, professeur émérite de l’université d’Amiens, illustrée par les tableaux de Bruegel, à l’occasion de la sortie de son livre, Pieter Bruegel, le Tableau ou la Sphère infinie, et du 450° anniversaire de la mort de Bruegel (1525 ?-1569).

Pour Laurent  Bove l’œuvre-peint de Pieter Bruegel l’Ancien nous conduit de la grande gratuité du rire et du jeu à la plus sérieuse des méditations philosophiques. Au cœur du XVIe siècle flamand et des guerres de religion, l’acte de peindre devient réforme de l’entendement et résistance de la vie à la domination politique et théologique de l’Espagne de Philippe II. Solitaire dans son entreprise, mais solidaire des pauvres et des opprimés, Bruegel construit les espaces nouveaux d’une liberté commune dont l’égalité de tous est la mesure.

 Ciné philo vendredi 13 décembre à 18 heures 30

Le musée des merveilles.

de Todd Haynes (2017), avec Julianne Moore, Oakes Fegley, Millicent Simmonds.

En 1977, dans le Minnesota, Ben, 12 ans, qui vient de perdre sa mère, est frappé de surdité à la suite d’un accident. Il part à New York, à la recherche d’un père qu’il n’a jamais connu. En 1927, Rose, 12 ans elle aussi, sourde de naissance, maltraitée par son père, négligée par sa mère, traverse l’Hudson pour rejoindre Manhattan. Les deux Odyssées s’approchent pour mieux se rencontrer. Dans leur difficulté à se faire entendre, dans leur faculté d’émerveillement, Ben et Rose emportent le spectateur –enfant et adulte- avec eux, jusqu’au bout.

 Jeudi 16 Janvier. Conférence à 19 heures : Je rêve ou pas ? Les écrans de la réalité.

Il arrive qu’on ait l’impression de rêver, alors qu’on est dans la réalité. Il arrive qu’on prenne pour vraies des choses totalement irréelles, surtout, ces derniers temps, quand elles nous sont transmises par des écrans. Un écran est à la fois ce qui permet de voir la réalité, et ce qui permet de la cacher ou de la transformer. Le cinéma multiplie les occasions de réfléchir sur cette étrange duplicité mais il ne s’en contente pas, comme on le verra. Il produit aussi sa propre réalité !

Ciné philo vendredi 6 mars à 18 heures 30.

Le voyage de Chihiro.

 de Hayao Miyazaki (2001), VF

Que le cinéma d’animation puisse être un beau sujet de réflexion, le film de Miyasaki en donne une preuve incontestable. Ce « voyage » nous emmène dans des contrées fantastiques peuplées de créatures bizarres, dans des paysages magnifiques tout en nous faisant aller de surprise en surprise. Chihiro, petite fille courageuse et déterminée, décidée à sauver ses parents de la situation dans laquelle ils sont tombés, n’abdique pas, malgré les épreuves délirantes qu’elle affronte. Un beau voyage à faire, et à méditer.

 

 Jeudi 26 mars. Conférence à 19 heures: La réalité des apparitions

Le cinéma, et avant lui la littérature, nous montrent tellement d’apparitions terrifiantes ou surnaturelles, « l’apparition » est tellement associée à des êtres divins, bienveillants ou maléfiques, qu’on en oublierait presque que ce qui apparait est d’abord ce qui se présente à nos yeux. C’est l’apparence qui se présente à nous. Alors l’apparition est-elle un phénomène banal ou un moment extraordinaire ? Pour le savoir, n’hésitez pas à pousser la porte du Pôle culturel ce jeudi soir. Bref, à y faire une apparition…

 

Ciné philo vendredi 15 mai à 18 heures 30.

Le Havre.

de Aki Kaurismäki (2011), VF, avec Jean-Pierre Daroussin, Kati Outinen, André Wilms.

Dans la ville du Havre des années 50, un cireur de chaussures assez improbable tombe un jour sur un garçon africain, qu’il décide de loger, avant d’essayer de le faire embarquer sur un chalutier pour gagner l’Angleterre. Il organise pour cela, avec un rocker aussi improbable que lui, un concert destiné à recueillir des fonds. La suite est à voir. « Le cinéma de Kaurismäki a en effet cette particularité de réaliser nos rêves de justice et de belle vie les plus fous » (Patrick Pharo). Le Havre, c’est une ville, un refuge, et maintenant un film.